Rechercher

Bain dérivatif


Comment faire un Bain dérivatif ?


Cinq années de travail nous conduisent à cette nouvelle définition de la pratique du Bain dérivatif qui est la même pour l'homme et la femme.

La pratique du Bain dérivatif consiste à rafraîchir, avec de l'eau, la partie la plus basse des deux plis de l’aine au niveau de l'entrejambe, de chaque côté chez l'homme comme chez la femme. Pour cela, on prend un morceau d'étoffe (un gant de toilette en tissu éponge ou une éponge conviennent) que l'on fait glisser en douceur après l'avoir trempé dans de l'eau fraîche, en un geste continu de va-et-vient entre l'eau fraîche et la zone à rafraîchir qui part de chaque côté du pubis et descend au niveau de l'anus. Tout le reste du corps doit être couvert et très au chaud et le rafraîchissement doit durer dix minutes consécutives au moins pour une personne adulte et peut se prolonger une heure.


On voit qu'il y a là tout à la fois une friction très légère et un rafraîchissement.

Remarque: pour ceux qui ont lu Les Bains dérivatifs, on note ici des différences dans la pratique. Dans le premier ouvrage, il s'agissait des consignes - pas toujours très claires - données par Louis Kuhne dans La Nouvelle Science de guérir (Éditions CEVIC). Cinq années d'échanges de nos expériences et de réflexion aboutissent à cette version qui ne surprendra pas ceux qui connaissent le cheminement des grands méridiens en acupuncture. Les avantages sont en premier lieu de diminuer tout risque d'irritation, puis de mettre mieux en parallèle la pratique chez l'homme et chez la femme, enfin d'obtenir peut-être de meilleurs résultats. De nombreuses personnes qui ont essayé les deux pratiques conviennent que celle-ci est beaucoup mieux adaptée.


Note: Dans la pratique conseillée par Louis Kuhne, les femmes devaient faire glisser l'étoffe mouillée sur les grandes lèvres, les hommes sur le bout du pénis. Outre que cela pouvait parfois être irritant, les deux régions du corps, au plan anatomique, n'étaient pas en correspondance, les grandes lèvres ayant pour homologues les testicules et non pas le pénis. Si l'on se réfère à l'homme tropical décrit précédemment, notre dernière description est plus logique, la friction se produit très exactement aux mêmes points. Il en va de même si l'on observe les animaux. En fait, il importe peu que le sexe soit ou non mouillé par l'étoffe. C'est le point le plus bas du pli de l'aine qui est le plus important.


Peut-on dissocier friction et rafraîchissement ?

Il peut arriver qu'une personne très frileuse, qui n'arrive pas à avoir chaud pendant le Bain dérivatif, soit obligée, au début, de dissocier la friction de la fraîcheur. Cette personne peut alors utiliser soit une poche de glace enveloppée dans un tissu éponge épais, soit recourir à ces poches de gel vendues en pharmacie (pour conserver la fraîcheur ou la chaleur et mises dans une housse) et les placer de manière à rafraîchir la région concernée. Il y a quarante ans, il était encore assez courant que le médecin prescrive le maintien d'une poche de glace sur le bas du ventre. Une personne très active, comme une maman de jeunes enfants, peut également utiliser une telle poche parce qu'il lui est difficile de sacrifier vingt à trente minutes, d'autant qu'une jeune mère, sauf exception, ne manque pas de vitalité. Cette poche est très commode aussi en voyage ou en vacances. Il est conseillé de la garder une heure, avec l'avantage que l'on peut aller et venir chez soi, à condition toujours d'être bien couvert, de ne pas risquer le moindre frisson. Pour plus d'efficacité, il faudra tout de même faire le Bain dérivatif avec de l'eau et un gant de toilette, dix minutes au moins trois fois par semaine. Cela peut paraître astreignant, c'est sûr, mais cela ne coûte qu'un peu d'eau et ce n'est pas dangereux, et tout a un prix !


Ici encore, on peut comparer le Bain dérivatif à l'allaitement maternel. Selon la personne à qui vous vous adressez, la manière de nourrir son enfant est vécue différemment. Dans les pays pauvres, il est inconcevable d'acheter biberons, eau et lait en poudre qui représenteraient des années de travail pour un seul bébé. Dans les pays qui se disent développés, certaines femmes, dont je suis, considèrent que l'allaitement au biberon représente une perte de temps, d'argent, d'énergie (en travail, préparation, stérilisation, courses dans les magasins, problèmes de santé des bébés) sans commune mesure avec le fait tout simple de mettre son bébé au sein gratuitement, puisque même avec un biberon, il faut bien tenir son bébé dans ses bras ! La pratique du Bain dérivatif, malgré une perte de temps apparente, vous en fait gagner beaucoup à terme


Les conditions matérielles d'installation

Pour faire le Bain dérivatif classique, il faut un morceau d'étoffe, un gant de toilette ou une éponge et de l'eau franche. La personne est habillée chaudement à l'exception du slip, les pieds au sec et au chaud. Plusieurs installations sont possibles. Si vous possédez un bidet et que l'endroit vous paraît agréable, vous devez vous asseoir sur le bord du bidet, sans mouiller les fesses. Une petite planche posée en travers peut aider certaines personnes. Vous remplissez le bidet d'eau fraîche mais pas glacée. En hiver, vous avez intérêt à tiédir l'eau. Cela ne doit vous glacer ni la main, ni la peau. Il vaut mieux commencer avec de l'eau agréablement tiède, quitte à rajouter de l'eau froide ensuite. Il est inutile et même mauvais de se martyriser sous le prétexte que l'on nous a enseigné depuis des siècles qu'il fallait souffrir pour se faire du bien ! Il faut absolument trouver le moyen de rendre agréable ce temps que l'on se consacre.

Il existe un bidet portable, qui se pose sur la cuvette des toilettes, vendu par correspondance et fabriqué en ex-Allemagne de l'Est. Il est accompagné d'une notice écrite en allemand qui vous indique que vous pouvez l'utiliser pour pratiquer les Bains de Louis Kuhne qui ne sont autres que les Bains dérivatifs. Si vous n'avez pas de bidet, vous pouvez utiliser un seau bien solide et aux bords épais en travers duquel vous posez une planche. Vous pouvez aussi vous asseoir sur une chaise en plastique et poser votre seau au-dessous. Attention de ne pas avoir à vous plier en deux pour mouiller le gant ! Il est conseillé de s'installer dans un lieu agréable, bien chauffé, et de prévoir une occupation qui ôte le sentiment de perdre du temps. Ainsi vous pouvez vous organiser de sorte que vous pourrez lire, écouter de la musique, regarder une émission intéressante (si la télé est dans votre chambre ou si vous êtes seul).


Nous vivons dans un monde qui nous donne en général l'impression que « nous n'avons pas le temps », surtout lorsqu'il s'agit de nous occuper de nous !

Attention . veillez à ce que l'hygiène soit toujours respectée. Le bidet doit être bien entretenu, le seau (ou la cuvette) doit être réservé à cet usage et régulièrement désinfecté. Il en va de même pour le gant de toilette ou l'éponge. Veillez aussi à votre hygiène corporelle, il va de soi que vous devez être très propre vous-même. Par ailleurs, la légère friction ne doit jamais irriter, l'eau ne doit pas être trop froide ni faire mal.


Les conditions thermiques

La pièce où vous êtes doit être à une température assez douce pour que vous n'ayez pas le moindre frisson. Vous devez vous couvrir suffisamment pour éprouver une sensation de chaleur pendant le Bain dérivatif, les effets thermiques sont importants. Veillez à garder les pieds au chaud. Il ne suffit pas de ne pas avoir froid, il faut avoir positivement chaud. N'hésitez donc pas à mettre une veste de laine au moment du Bain dérivatif, même si vous n'avez pas froid. Le corps doit avoir chaud, ne pas se contenter de ne pas avoir froid. C'est une condition fondamentale du bon fonctionnement du Bain dérivatif.





S'il vous est impossible de ressentir de la chaleur, il vaut mieux, pendant quelques jours, commencer par l'application, durant une heure, de la poche qui a été mise un quart d'heure (pas plus !) au congélateur comme l'indique la notice qui l'accompagne. On peut s'installer sous sa couette avec une bouillotte dans le dos et une autre aux pieds. Il suffit en général de quelques jours pour que le corps retrouve sa faculté à se réchauffer de lui-même, bien couvert, lors du Bain dérivatif classique.


Température de l'eau

La question de la température exacte de l'eau est souvent posée. Il est impossible de donner une réponse en degrés centigrades, car elle est entièrement subjective. Elle varie pour un même individu en fonction de la saison et de son état. C'est à vous et à vous seul d'apprécier le degré de fraîcheur qui ne vous glace ni les mains ni la peau. Si vos mains sont trop sensibles à la fraîcheur, vous pouvez fixer le gant de toilette ou l'éponge à un manche de plastique, plus facile à désinfecter qu'un manche de bois. L'été, il est possible que vous éprouviez le besoin de rajouter des glaçons. Mais si vous êtes en camping ou dans un pays où il fait très chaud et que l'eau du robinet est tiède, sachez que le Bain dérivatif fonctionne tout de même. Ce qui importe alors, c'est la différence entre la température ambiante et celle de l'eau. Dans un tel cas, vous aurez intérêt à augmenter la durée du Bain dérivatif. Sachez tout de même que plus l'eau est fraîche et plus la durée de la séance est grande, plus le Bain dérivatif est actif. Il peut donc arriver que vous ayez des éliminations assez brutales si vous utilisez une eau très froide. Il est certain qu'à énergie égale, une personne très grosse aura intérêt à utiliser une eau plus fraîche avec une durée plus importante qu'une personne mince. Mais attention, agissez toujours avec douceur, c'est votre confort qui est votre meilleur guide.


Éviter absolument le frisson et le refroidissement

Selon Louis Kuhne, mais Hippocrate le disait avant lui, tout frisson tend à provoquer instantanément de la chaleur à l'intérieur du corps et en particulier dans le bas du ventre, ce qui est le contraire de ce que l'on veut obtenir ici. Autrement dit, tout refroidissement externe annule immédiatement les effets du Bain dérivatif en contractant les fascias. Attention alors de ne pas prendre froid en vous déshabillant pour prendre votre douche ou encore en recevant la première eau froide de la douche sur le dos avant la montée de l'eau chaude. Avant et après le Bain dérivatif, il faut proscrire la douche froide, le bain froid ou le bain de siège, car ils s'annulent mutuellement. Si vous êtes adeptes de telles pratiques, prenez votre douche froide, votre bain froid ou votre bain de siège froid le matin et le Bain dérivatif le soir. Vous aurez ainsi le bénéfice des deux.


Se réchauffer ensuite

Après le Bain dérivatif, il faut au contraire se réchauffer de l'extérieur afin d'accentuer et prolonger le rafraîchissement interne et favoriser la détente des fascias. Vous pouvez vous allonger une demi-heure dans votre lit avec une bouillotte ou tout simplement prendre une douche ou un bain chaud. Les personnes très actives font souvent le Bain dérivatif le matin au réveil avant de prendre leur douche ou le soir avant de se coucher, lorsque les enfants sont au lit ! Voyez aussi le paragraphe : « Ils renforcent les effets du Bain dérivatif. »


Proximité des repas

Lorsque vous venez de faire un Bain dérivatif, en général, vous n'avez pas faim pendant le quart d'heure qui suit. Ne faites pas de Bain dérivatif en sortant de table, cela pourrait vous donner envie de vomir. En effet, vous avez besoin de chaleur interne pour digérer. Après un repas composé de crudités et de plats cuits, laissez passer une heure et demie avant de faire le Bain dérivatif Après un repas de fête, attendez deux heures. Mais si vous n'avez absorbé que des aliments crus que vous avez bien mastiqués, une demi-heure de délai suffit.

je ne suis pas l'auteur de cet article.

1 vue

© 2023 par Sérénité. Créé avec Wix.com

  • Facebook Social Icône
  • Youtube